8 minutes pour tout comprendre sur l’exposition en photographie ! (Ouverture, temps de pose, sensibilité, histogramme)

Vos photos sont trop sombres ou trop claires ? Votre appareil règle très mal la luminosité ? Vos photos d’intérieur sont floues ?

Il n’y a rien de plus frustrant.

Apprenez à maitriser l’exposition et vous n’aurez plus jamais ce genre de désagrément. Et c’est tout simple !

1 – L’exposition

L’exposition est un terme qui désigne simplement le niveau de luminosité d’une image. 

La maitrise de ce paramètre est indispensable. C’est la base de la photographie. Rassurez-vous, il n’y a rien de compliqué ! 

Commençons par l’unique définition technique de cette page :

« L’exposition en photographie, anciennement nommée lumination, désigne la quantité totale de lumière reçue par la surface sensible (pellicule argentique ou capteur numérique) pendant la prise de vue. »

Wikipedia

Une image sombre aura une faible exposition, une image claire un forte exposition. Les termes sous-exposée et sur-exposée sont également utilisés. 

Votre appareil photo est capable de déterminer automatiquement un niveau d’exposition convenable. Le problème c’est que ses critères sont basés sur des moyennes, pour que l’exposition soient le plus réussi sur un maximum de type de photo. Vos photos auront donc une exposition moyenne.Pour une exposition parfaite, vous devez prendre le contrôle !

Là où ça se complique, c’est que cette exposition dépend de trois paramètres distincts : L’ouverture, le temps de pose et la sensibilité.

C’est en général à ce moment là que les photographes du dimanche décroche. Si c’est votre cas, restez. 

Pour expliquer le rôle de ces paramètres, l’image la plus utilisée est celle de la fenêtre. Et oui.

Imaginez que votre caméra est une fenêtre équipée de volet, qui peuvent s’ouvrir et se fermer. Dans cette image :

  • L’ouverture est à la taille de la fenêtre. Plus cette taille est grande, plus la lumière pourra rentrer dans la pièce. Elle n’en sera donc que plus lumineuse.
  • Le temps de pose est le temps d’ouverture des volets. Plus ce temps est long, plus la lumière aura le temps de rentrer.
  • La sensibilité correspond à la teinte des carreaux. S’ils sont quasi-opaques, peut de lumière les traverser. A l’inverse s’ils sont très clairs, la lumière pourra les traverser facilement. La pièce sera donc plus lumineuse.
Le triangle d’exposition

Ce sont ces trois paramètres qui influent sur l’exposition de votre image. Ils représentent le triangle d’exposition. Pour un niveau d’exposition donné, il est possible de jouer sur ces trois paramètres.

Mais pas n’importe comment ! Ils ont tous un effet différent sur le résultat. Voyons cela en détail. 

2 – L’ouverture

L’ouverture est assimilable au débit de lumière entrant dans l’appareil photo. Elle est dépendante de l’objectif et se sa taille de diaphragme. Elle est repérable sur l’appareil photo par le sigle F/. Le système étant bien fait, une grande ouverture correspond à une petite valeur (F/ 1.8 par exemple) et une petite ouverture correspond à une grande valeur (F/16)

C’est bête mais c’est comme ça, il faut juste le savoir… 🙂

Grande ouverture à gauche, petite à droite. (source)

L’ouverture influence la profondeur de champ de votre image. C’est son super pouvoir ! La profondeur de champs correspond à la zone nette d’une photo, le reste étant flou. En utilisant une grande ouverture, la profondeur de champ sera faible. C’est idéal pour réaliser des portraits. La personne sera nette et l’arrière plan tout flou ! Effet garanti ! Sur une photo de paysage c’est l’inverse. Le but étant généralement d’avoir toute l’image nette, une grande profondeur de champs est conseillée, donc une petite ouverture.

Effet de l’ouverture : modification de la profondeur de champ.

Portrait d’une goute avec une faible profondeur de champ

3 – Le temps de pose

Le temps de pose est quant à lui comparable au temps d’ouverture d’un robinet dans lequel coulerait de la lumière. Et oui, ça existe ! Si ce robinet est ouvert longtemps, beaucoup de lumière sera envoyé sur le capteur de votre appareil. S’il est rapidement ouvert, ce sera l’inverse. 

Cette durée correspond au temps de la prise de vue. Ainsi, plus le temps de pose est grand, plus la photo mettre du temps à être prise. Pour figer une action rapide, il faudra un temps de pose court, sinon tout sera flou ! 

Effet du temps de pose : durée de prise de vue de la photo

Une photo de voiture prise avec un long temps de pose, pour donner cet effet de filet

4 – La sensibilité

La sensibilité, dit ISO, représente la sensibilité du capteur de votre appareil photo. Vous êtes bien avancé avec ça… 🙂 Pour comprendre, nous allons de nouveau prendre une image : vos yeux. 

Lorsque vous passez d’un endroit très ensoleillé à une pièce très sombre, vous aurez beaucoup de difficulté à voir. Vos yeux étant configurés pour un environnement lumineux. (ISO faible) Le corps humain étant bien fait, vos yeux vont s’adapter progressivement à ce nouvel environnement. Ils vont devenir de plus en plus sensible à la lumière. (ISO élevé) Bon, en pratique c’est beaucoup plus compliqué, mais vous voyez l’image.

Le hic, c’est que la sensibilité de votre capteur photo a ses limites. En augmentant fortement les ISO, vous le poussez dans ses retranchements. Une sorte de bruit va apparaitre dans vos images, dégradants leurs qualités. Ce n’est pas une fin en soit, mais il faut le savoir… 

Effet de la sensibilité : Apparition de bruit avec des ISO élevés, détérioration de la qualité de l’image.

Si à l’époque une trop grand sensibilité était synonyme de ceci :

Photo de nuit avec un vieux capteur trop sensible !

Aujourd’hui, les meilleurs capteurs sont si sensible qu’ils peuvent « voir » la nuit :

Photo de nuit à avec un Sony a7s

5 – L’histogramme

L’histogramme est votre meilleur allié pour obtenir le niveau d’exposition de vos rêves. C’est un outil qui permet d’analyser la lumière qui rentre dans votre appareil photo et de vos images.

Il vous donne donc de précieuses informations sur le niveau d’exposition de vos images.

Un histogramme…

Son fonctionnement est simple. Votre photo étant numérique, elle est constitué de millions de pixels. Il est donc possible d’analyser chaque pixel pour en déduire un niveau de luminosité, allant de noir (sombre) à blanc (clair).

Ces informations sont ensuite placés sur un graphique : l’histogramme.

Si c’est encore flou, retenez juste : 

  • Les parties sombres de votre image sont situées à droite de l’histogramme
  • Les parties claires de votre image sont situées à gauche de l’histogramme

Et donc : 

  • Si l’histogramme est décalé sur la gauche, votre image est plutôt sombre
  • Si l’histogramme est décalé sur la droite, votre image est plutôt claire

Généralement l’histogramme d’une photo exposé correctement est centré.

Cool non ?  Mais pas autant que cette fonction magique. 

6 – Le bouton correction d’exposition

Logo du bouton correction d’exposition

Ah, s’il y a bien un bouton que vous devez user sur votre appareil photo, c’est celui-ci ! En plus du déclencheur bien sur…

Le bouton correction d’exposition vous permet d’ajuster la luminosité de votre image en mode auto ou semi-auto. Avec lui, plus besoin de passer par un mode manuel pour exposer correctement une photo !

Sur une smartphone ou un appareil hybride, le résultat d’exposition est visible instantanément. Le ciel est trop clair ? Pouf, je baisse d’un ou deux crans la luminosité. Mon chat est à contrejour ? Je l’augmente.

C’est vraiment magique.

Il est tellement utile que la plupart des appareils photos en possède un, quel que soit leurs prix. Même les smartphones !

La valeur de la correction s’exprime en EV (Exposure Value). Sa valeur initiale est de zéro et elle va en général de +3 à -3 EV.

  • Si vous trouvez que l’image est trop claire, baissez sa valeur de quelques crans.
  • Si vous la trouvez trop sombre, il faut l’augmenter !
Illustration de la correction d’exposition (source)

7 – L’exposition est un choix

J’aime beaucoup la définition : « Photographiez c’est choisir ». C’est valable pour le cadrage de vos photos, vous ne pouvez pas tout photographier, vous êtes limité par ce que peut voir l’appareil photo. Il faut donc choisir ce qu’on souhaite garder et exclure.  C’est aussi valable pour le choix de votre exposition. Il n’existe pas d’exposition idéale. Vous pouvez très bien choisir de sous exposer une scène pour ne montrer que des silhouettes ou donner un aspect dramatique par exemple. L’exposition est un choix artistique.

Voilà, vous êtes maintenant incollable sur l’exposition en photographie. Vous êtes maintenant capable d’exposer correctement vos photos. Pas mal non ?

En résumé :

– Vous connaissez l’existence du triangle d’exposition

– L’ouverture n’a pas plus de secret pour vous

– Vous maitriser le temps de pose comme personne

– Vous êtes sensible aux pouvoirs de la sensibilité

– L’histogramme est votre nouvel ami

– Le bouton correction d’exposition est votre frête d’arme

– L’exposition est un choix

Si cette page vous a aidé, pensez à vous abonner au blog pour ne rien rater des futurs sujets ! 🙂

Pour partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *